CNMI Guide

La transition des Iles Mariannes du Nord vers une économie diversifiée

Les îles Mariannes du Nord ont longtemps été dépendantes économiquement des États-Unis et, aujourd'hui encore, l'assistance financière américaine est nécessaire pour que l'archipel se maintienne à flot. Toutefois, cet engagement tend à diminuer de plus en plus, passant de 228 millions de dollars jusqu'en 1992 à 11 millions de dollars pour les projets des années suivantes.

Les principales ressources de l'île viennent du tourisme. En effet, les Japonais et les Coréens sont de plus en plus nombreux à venir séjourner ou organiser leur mariage sur l'une des îles Mariannes du Nord.

Il est un secteur d'activité particulier qui, s'il est loin d'être la spécialité de l'île, reste minoritaire mais très présent, puisqu'au moins 15% des terres sont arables. On trouve de nombreux élevages disséminés dans plusieurs ranchs sur les îles principales, ainsi que des cultures de fruits, de noix de coco et de légumes.


Une nouveauté semble pouvoir percer dans les prochaines années : celle de l'aquaculture en cage offshore, une filière de pêche très prometteuse pour cette région du Pacifique.

L'ensemble de la production des biens de consommation est destiné à l'exportation, tout comme les produits pétroliers de l'archipel. Le Japon et les États-Unis sont les principaux partenaires et soutiens commerciaux du CNMI, tandis que la Chine, après avoir fourni une main-d'oeuvre importante pour les usines, s'intéresse de très près au tourisme haut de gamme.

Enfin, le secteur du bâtiment et de la production de matériaux de construction ne cesse de s'étendre depuis plusieurs années, créant de nouveaux emplois pour une population dont le revenu moyen était encore de 3 dollars par heure il y a quelques années.

L'économie est également soutenue par la monnaie officielle des Iles Mariannes du Nord, qui n'est autre que le dollar américain.